Social à pierrepont et batilly - Faurecia tousse, la Sovab tremble

Publié le 29/04/2009
L'usine Faurecia de Pierrepont devrait à nouveau stopper sa production de sièges aujourd'hui, en raison d'un mouvement de grève qui paralyse le site vosgien de Nompatelize. La Sovab de Batilly pourrait elle aussi être contrainte à l'arrêt si le mouvement se prolonge. Les explications.
Social à pierrepont et batilly - Faurecia tousse, la Sovab tremble
Social à pierrepont et batilly - Faurecia tousse, la Sovab tremble
L'usine Faurecia de Pierrepont devrait à nouveau stopper sa production de sièges aujourd'hui, en raison d'un mouvement de grève qui paralyse le site vosgien de Nompatelize. La Sovab de Batilly pourrait elle aussi être contrainte à l'arrêt si le mouvement se prolonge. Les explications.

1. Le scénario se répète
Les semaines se suivent et se ressemblent au sein du groupe Faurecia. Il y a quelques jours, c’est le site de Pierrepont qui était à l’arrêt, le personnel s’étant mis en grève pour réclamer de meilleures conditions de départ (l’usine doit fermer en octobre 2010). Cette fois, c’est dans les Vosges, à Nompatelize, que le scénario se répète. Egalement condamnée à la fermeture, l’unité vosgienne s’est mise en grève illimitée depuis lundi matin. Problème, c’est elle qui alimente Pierrepont en armatures de sièges. Or, si Pierrepont s’arrête à son tour, c’est la Sovab de Batilly (2 400 salariés) qui, dans la foulée ou presque, doit stopper sa production.

2. Situation bloquée dans les Vosges
Les 400 salariés de l’usine Faurecia de Nompatelize, près de Saint-Dié, n’en démordent pas. Ils veulent obtenir de solides garanties pour leur avenir, sachant que leur site de production doit définitivement stopper ses lignes d’ici 2010 ou 2011. Depuis lundi 4 h, ils se sont donc mis en grève illimitée. Hier après-midi, les négociations entre direction et représentants syndicaux ont tourné court. «On est allés au clash», commente William Laulé, l’un des délégués CFDT, qui ajoute que «les quatre principales revendications portées par l’intersyndicale n’ont pas été entendues ». Le mouvement semble donc parti pour durer. Mais jusque quand ?

3. Pierrepont ralentit

La production d’armatures pour sièges est stoppée depuis lundi matin à Nompatelize. Or, faute d’armatures, le site de Pierrepont sera sans doute lui aussi contraint à l’arrêt. Hier soir, la direction a demandé aux salariés de se présenter normalement aujourd’hui, à 5 h 30, pour le poste du matin. Mais quid du poste de l’après-midi ? Et de la fourniture des sièges à la Sovab ? Car faute de pouvoir disposer de tous les éléments pour habiller ses sièges auto, Faurecia Pierrepont pourrait être amenée à ne plus approvisionner son principal client, la Sovab.

4. Inquiétudes à la Sovab
A la Sovab, les responsables de la production et de la logistique sont en liaison régulière, via des conférences audiophoniques, avec la direction de Faurecia Pierrepont. Hier en fin d’après-midi, la direction expliquait justement que «Pierrepont s’était engagée à fournir les sièges». Si la situation demeure «sous surveillance », on explique que les 2 400 salariés du site travailleront normalement ce mercredi. Mais si le conflit se prolonge à Nompatelize, la production de Master pourrait bel et bien de nouveau être stoppée à Batilly. Affaire à suivre…

F. Sur. et O. C.
Publié le 29/04/2009 (Région)