SOCIAL : UNE JOURNEE D'ACTION POUR UN «POINT D'ETAPE»

Publié le 26/05/2009
En attendant les manifestations unitaires du 13 juin, les syndicats organisent aujourd'hui des actions décentralisées censées entretenir la combativité du monde du travail mais dont l'ampleur s'annonce limitée.
SOCIAL : UNE JOURNEE D'ACTION POUR UN «POINT D'ETAPE»
SOCIAL : UNE JOURNEE D'ACTION POUR UN «POINT D'ETAPE»
En attendant les manifestations unitaires du 13 juin, les syndicats organisent aujourd'hui des actions décentralisées censées entretenir la combativité du monde du travail mais dont l'ampleur s'annonce limitée.

Des préavis de grève ont été déposés à la SNCF par quatre fédérations de cheminots (CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT).


Pour la quatrième fois de l’année, tous les syndicats appellent à une journée d’action interprofessionnelle, aujourd’hui, pour exiger un changement de politique du gouvernement et du patronat face à la crise.

LE FAIT DU JOUR
Mais la mobilisation revêtira des formes très variées en l’absence de mot d’ordre national de grève et de manifestations, avec peu de perturbations attendues dans les transports. Les huit organisations syndicales à l’origine de la mobilisation (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, FSU, UNSA et Solidaires) ont en effet laissé cette fois-ci le soin à leurs fédérations, dans les entreprises et les branches professionnelles, de décider leur mode d’action « en fonction des réalités locales et visant à la participation du plus grand nombre », selon une déclaration commune.

Des préavis de grève ont été déposés à la SNCF par quatre fédérations de cheminots (CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT) et à la RATP par la CGT. La SNCF prévoit 50 % de trafic en moyenne sur le réseau des TER, 60 % en moyenne sur le réseau Transilien, et 75 % des TGV en circulation.

Dans la Fonction publique, la CGT a déposé un préavis de grève pour couvrir «
les agents (qui pourraient) choisir de cesser le travail ce jour-là ». Des préavis de grève ont également été déposés aux Impôts, et dans plusieurs branches du secteur privé. Dans l’Education, les fédérations n’ont lancé aucun appel à la grève nationale. Dans l’Enseignement supérieur, les principaux syndicats ainsi que l’organisation étudiante Unef, appellent à participer aux actions.
Pas de grand défilé
Mais la journée ne sera pas marquée par de grandes manifestations de l’ampleur de celles des 29 janvier, 19 mars ou 1er mai derniers, même si les huit syndicats « appellent solennellement le gouvernement et le patronat à prendre en compte l’ampleur de ces rassemblements qui expriment inquiétude, désarroi et profond sentiment d’injustice », face, notamment à la crise, aux plans sociaux et aux licenciements.

Le 19 mars, journée marquée par la plus forte mobilisation, entre 1,2 et 3 millions de personnes avaient manifesté dans toute la France dont entre 85 000 et 350 000 à Paris selon les sources. Mais aujourd’hui, il n’y aura par exemple pas de grand défilé dans la capitale, seulement un rassemblement place de la Bourse en fin de matinée, «
en présence de délégations des salariés dans l’action », selon la CGT.

«
Il peut malheureusement y avoir une impression de recul (de la mobilisation) mais ce serait une erreur de la comparer à celle de janvier ou de mars. L’objectif en terme de mobilisation n’est pas le même », explique le secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) Gérard Aschieri, alors que les syndicats entendent faire de cette journée un «point d’étape » avant les manifestations interprofessionnelles et unitaires prévues dans toute la France le samedi 13 juin prochain.
Publié le 26/05/2009 – Temps fort