Tour de chauffe sur les retraites

Publié le 29/04/2010
De nombreuses manifestations sont annoncées pour ce samedi 1er mai. En Lorraine, la défense des retraites sera sur toutes les lèvres.
Tour de chauffe sur les retraites
Tour de chauffe sur les retraites
De nombreuses manifestations sont annoncées pour ce samedi 1er mai. En Lorraine, la défense des retraites sera sur toutes les lèvres.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 29 Avril 2010 / Région /
 

 

Les retraites au coeur du 1er mai 2010. Photo archives RL

Un tour de chauffe avant les grandes manifestations de juin. » Voilà comment Philippe Hoellinger, secrétaire régional de l'Unsa, présente les manifestations à venir de samedi.

Juin ? Un mois qui s'annonce particulièrement tendu concernant le dossier des retraites, qui fait pour l'instant l'objet de discussions avec le gouvernement. Le sujet reviendra sur toutes les banderoles et dans tous les slogans des défilés de ce 1er mai. Ils réuniront sous une même bannière CGT, CFDT, FSU et Unsa.

« Il n'est pas question que l'âge de la retraite recule. Et en plus, on veut obtenir la reconnaissance de la pénibilité de certains métiers avec des possibilités de départs anticipés à la clé. Vous imaginez un manoeuvre travailler dans le bâtiment jusqu'à 65 ans ? », lance Denis Pesce, secrétaire de l'Union CGT de Moselle. Pour lui, la solution au problème du financement des retraites est toute trouvée : « Il y a juste un choix de société à effectuer. En 2008, il a manqué 5 milliards d'euros, alors que la même année, 80 milliards de dividendes ont été distribués par les entreprises aux actionnaires. »

Comme la CGT, la CFDT souhaite plutôt ancrer cette manifestation sur le triptyque : salaires, emploi et conditions de travail, estimant qu'il faut donner « du temps » au dossier des retraites.

Divergences syndicales

Le syndicat établira sa stratégie sur la question lors de son prochain congrès mais estime que le futur système devra « laisser le choix » aux salariés : « Il faudra tenir compte de son parcours, de la longueur de sa carrière, de la pénibilité de son travail, et ne pas le contraindre à un départ à un âge donné », estime Alain Gatti, secrétaire général de la CFDT Lorraine.

Une position que ne partage pas FO. Le syndicat ne se joindra pas au défilé. Il évoque des « divergences importantes » tant sur le fond que sur la forme.

Concernant le fond, le syndicat dénonce « la retraite à la carte » qu'est prête à envisager la CFDT : « La retraite à 60 ans n'est pas négociable, tout comme l'allongement de la durée de cotisation », indique Alexandre Tott, secrétaire de FO en Moselle. Pour le financement, le syndicat réclame « une nouvelle répartition des richesses » : « Il y a les niches fiscales, les exonérations de cotisations de Sécurité sociale. Pourquoi ne pas imaginer la taxation des bénéfices non réinvestis ? »

Sur la forme, Force ouvrière appelle depuis un moment à un mouvement interprofessionnel débouchant sur un « blocage du pays pendant 24 heures. »

La CFTC fera également cavalier seul : « Les revendications fourre-tout, ça suffit. Le dossier prioritaire, ce sont les retraites », lâche Serge Brettar, président de la CFTC Lorraine, qui préconise la retraite à la carte et l'élargissement de l'assiette des cotisations aux revenus du capital.

La CFE-CGC, quant à elle, est dans une position attentiste et ne prend pour l'instant part à aucun mouvement.

Ph. M.