La mobilisation contre le projet de réforme des retraites se poursuivra le 7 septembre

Publié le 30/06/2010 (mis à jour le 05/07/2010)
Deux infos importantes sur le sujet qui va nous préoccuper encore longtemps celui du projet gouvernemental de réforme des retraites (Article Finances Lorraine)
La mobilisation contre le projet de réforme des retraites se poursuivra le 7 septembre
La mobilisation contre le projet de réforme des retraites se poursuivra le 7 septembre
Deux infos importantes sur le sujet qui va nous préoccuper encore longtemps celui du projet gouvernemental de réforme des retraites (Article Finances Lorraine)

 

Comme vous en avez sans doute été informés par les médias, les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, Unsa, réunies le 29 juin 2010 au siège de la CFDT, ont décidés d'une journée nationale de grèves et de manifestations, le 7 septembre, contre le projet injuste de réforme des retraites.
 
Première info d'importance 
La mobilisation record du 24 juin ne restera pas lettre morte : un nouveau grand RDV d'action est donc fixé le jour où démarrera l'examen parlementaire du projet de loi sur les retraites.
D'ici là, nous avons donc tous le devoir de convaincre autour de nous, dans notre entourage professionnel ou nos cercles familiaux et amicaux de la nocivité de ce projet de par son caractère social injuste et économique inefficace.
 
Deuxième info d'importance
FO rejoint les rangs de l'intersyndicale.
Alors que le gouvernement cherche depuis des semaines à casser l'intersyndicale, elle se renforce : c'est tant mieux.
 
la déclaration intersyndicale.
« Ces dernières semaines, les salariés du public et du privé, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités se sont mobilisés de plus en plus massivement sur les retraites, notamment le 24 juin 2010. Ils ont réaffirmé leur opposition au projet de réforme injuste et inacceptable du gouvernement, notamment au report brutal des âges légaux à 62 et 67 ans qui pénalise particulièrement les salariés ayant commencé à travailler jeunes et ceux ayant eu des carrières chaotiques et incomplètes. Cette réforme n’apporte, par ailleurs, pas de réponse sur le plan de la pénibilité. Elle aggrave les inégalités entre les hommes et les femmes.
Les organisations syndicales dénoncent la campagne médiatique précipitée du gouvernement qui travestit la réalité du projet.
Cette réforme, une des plus dures d’Europe, arrive dans une situation économique dégradée où le chômage est en hausse continue et touche plus fortement les jeunes et les seniors. Les politiques de rigueur se généralisent dans toute l’Europe en aggravant les inégalités et hypothèquent fortement toute reprise.
Des initiatives intersyndicales viseront à interpeller le gouvernement et ses représentants, aux niveaux national et local, le 13 juillet, jour du Conseil des ministres qui adoptera le projet de loi. Durant l’été, les organisations syndicales interpelleront les parlementaires.
Les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNSA vont poursuivre leur action tout au long du processus législatif de la réforme des retraites.
Elles décident d’une nouvelle journée nationale de grèves et de manifestations le 7 septembre 2010, au moment où s’ouvrira le débat parlementaire. Elles appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à construire ce jour une mobilisation d’ampleur.
29 juin 2010 »
 
DÉPART ANTICIPÉ DES FONCTIONNAIRES AYANT 15 ANS DE SERVICE ET 3 ENFANTS : PAS DE PANIQUE
 
Nous avons été sollicités par de nombreux agents qui s'inquiètent de la fermeture de ce dispositif au 1.1.2012 et de la nécessité de déposer se demande de mise en retraite anticipée avant le 13 juillet pour pouvoir bénéficier des conditions actuelles de liquidation de la pension plus favorables que celles qui seront appliquées après le 13 juillet.
Il en ressort un sentiment de panique à prendre dans l'urgence une décision qui constitue un véritable choix de vie.
Voilà ce que nous pouvons répondre aux agents concernés :
 
1    Le projet de loi actuel n'est pas encore passé : il nous faut le combattre dans tous ses aspects, y compris il faut arriver à faire retirer la volonté gouvernementale de fermer ce dispositif
 
2    Si le projet devait passer en l'état, il ne signifierait la fermeture du dispositif que pour celles et ceux qui ne réuniraient pas les conditions de départ anticipé au 1.1.2012 (c 'est à dire avoir à cette date 3 enfants et 15 ans de service)
 
3     Le date taquet fixée par le gouvernement au 13 juillet, c'est la date à laquelle les fonctionnaires concernés doivent demander un départ anticipé pour continuer à bénéficier des conditions actuelles de liquidation de leur pension (qui sont plus favorables) que celles qui seront adoptées après le 13 juillet (si le projet de loi est maintenu en l'état bien sûr, cela renvoie à mon paragraphe 1)
 
4     En ce qui concerne ce changement de conditions de liquidation : c'est sensible pour les agents (et presque exclusivement des femmes) qui :
- remplissent les conditions de départ anticipé (3 enfants et 15 ans de service) avant la réforme des retraites de 2003 et qui pourraient ainsi bénéficier de la liquidation de leurs droits à pension en fonction des conditions anciennes ( 37,5 annuités de cotisations et pas de décote)
- qui auraient pratiquement la totalité ou presque de leur annuités (et donc commencé à travailler jeune)
Le choix de ces personnes seraient donc de continuer à travailler dans des conditions de travail plus en plus (difficiles : effectifs en baisse, ambiance de travail dégradées) ou partir en retraite avec des conditions salariales pas trop éloignées de leur salaire d'active et en tous cas meilleures que celles issues des futures règles.
 
5    Pour tous les autres agents, il ne s'agit pas de prendre une décision à la légère, en essayant de bénéficier aujourd'hui de conditions qui pour eux ne seraient pas pas très différentes de celles de demain.
Il s'agit d'un choix de vie où tout doit être pris en compte : rémunération d'activité actuelle (100% plus les primes) pendant période qui permet de financer certains prêts ou les études des enfants, compléter des carrières accidentées (reprendre à 100% pour améliorer le montant de sa pension avant un départ anticipé, impact fiscal du choix, impact des dépenses liées à l'activité professionnelle (transports, frais de garde), rémunération d'activité ou pension de retraite du conjoint, reprise d'une activité salariée forcée mais aléatoire, compte tenu de la situation du marché du travail en cas d'insuffisance de rémunération pour faire face aux charges, etc.)
 
6    En plus du calcul individuel que doit faire chaque agent concerné, il s'agit d'un choix de vie à bien peser.
La retraite ne se prépare pas dans l'urgence.
 
En conclusion, la CFDT se doit d'informer les agents des nouvelles conditions de départ anticipé qu'envisage le gouvernement.
Mais elle n'est pas là pour faire le lit de la propagande gouvernementale et inciter les agents à partir dans l'urgence.
 
INFO DU 30/06/2010
En réponse à la pression exercée par toutes les organisation syndicales (dont la CFDT) et non la seule UNSA comme le prétend cette organisation dans un message récent, Eric Woerth et Georges Tron ont décidé de repousser la date du 13 juillet 2010 au 31 décembre 2010.
 
Ainsi, les personnes (parents de trois enfants ayant 15 ans de service) qui déposeront une demande de départ à la retraite avant cette date bénéficieront des anciennes règles de calcul pour un départ à la retraite au plus tard au 1er juillet 2011 (6 mois après la date limite de départ).
Le gouvernement recule sur la forme, en repoussant la date limite du 13 juillet, procédé que la CFDT Fonctions publiques avait dénoncé. Mais il maintient sa disposition sur le fond en supprimant brutalement cette mesure.
La CFDT condamne l’ensemble du projet de réforme des retraites et appelle en intersyndicale à une mobilisation dès la rentrée le mardi 7 septembre.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS