Le handicap, de quoi parle-t-on ?

Publié le 19/05/2020
par remi.bardeau@grandest.cfdt.fr

La loi de février 2005 pour l'égalité des droits et des chances est le principal texte sur les droits des personnes en situation de handicap. Elle a apporté une définition complète et spécifique du handicap.

Définition légale du handicap: « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne, en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant ».

Dans de multiples domaines, cette loi fixe des règles pour que ces personnes aient accès au droit commun (accessibilité des bâtiments, accès à l’école, à l’emploi, à la citoyenneté et la vie associative) et elle ouvre le droit aux compensations financières ou autres, pour faciliter l’autonomie des personnes.

Le code du travail place le handicap dans son contexte. Ainsi, la perte de capacités physiques, par exemple l’impossibilité de soulever une charge, ne sera pas considérée comme un handicap si elle n’est pas nécessaire dans le poste occupé.

Les personnes en situation de handicap sont trop souvent victimes d’a priori, de préjugés qu’il faut combattre pour que l’égalité des chances soit réelle. 80% des personnes reconnues handicapées n’ont pas un handicap visible et les formes de handicap sont multiples.

Il n’existe pas un handicap, mais DES handicaps :

Le handicap moteur est le plus fréquentmais les personnes sont rarement en fauteuil roulant (moins de 3% des personnes en situation de handicap en France). La difficulté de se déplacer, d’effectuer un geste ou de parler doit être prise en compte à tout moment, y compris pour aller à son poste de travail ou se rendre à la cantine.

Le handicap sensoriel n’est pas toujours perceptible par les autres. La perte d’audition et les troubles de la vue sont à prendre en considération en fonction du degré du handicap, mais aussi en fonction de la situation de travail.

Certaines maladies (sclérose en plaques, cancer, VIH, diabète, dépression…) entraînent des déficiences ou des contraintes plus ou moins invalidantes. Lorsque l’état de la personne est suffisamment stabilisé, elle peut travailler avec un aménagement du temps de travail compatible avec la fatigue due à la maladie, ou au traitement.

Les handicaps donnent une image trompeuse de la personne. Une difficulté d’élocution ou de mouvement est conciliable avec une agilité d’esprit et d’inventivité. Très souvent, les personnes en situation de handicap compensent en développant d’autres aptitudes et multiplient les efforts pour s’adapter à leur milieu (professionnel et personnel). Les personnes atteintes d’un handicap ont des connaissances sur ce dernier et développent souvent des compétences qui lui sont liées.

Retrouvez la suite de la fiche : pratiques CFDT et questions/réponses sur l'espace Ressources ARC, accessible depuis votre espace Adhérent.