Ils appellent à défendre le service public (LC / MARDI 7 MAI 2019)

Publié le 07/05/2019

Les syndicats aubois appellent à une grande journée de mobilisation pour un service public qu’ils estiment menacé, jeudi 9 mai.

Un appel lancé au niveau national par neuf syndicats (CFDT, CFTC, CGT, FO, UNSA, FSU, CFE-CGC, Solidaires et la Fédération autonome) et relayé dans l’Aube par six unions départementales.

Dans leur viseur, le projet de loi dit de transformation de la fonction publique que le gouvernement souhaite faire valider avant l’été.

.../...

« En matière de soins, la règle c’est de pouvoir être soigné dans un rayon de 30 km. Mais 30 km via les routes sinueuses d’Ardèche, ce n’est pas la
même chose qu’en ligne droite sur une belle route. Sans aller si loin, même dans l’Aube, on se retrouve à accoucher sur des ronds-points. »

« On se retrouve avec des cardiologues qui ont des rendez-vous non honorés parce que, entre-temps, le patient est mort ! Évidemment avec des délais de plus de six mois… »

GRATUITÉ : TERMINÉE !

Cette volonté de transfert de mission dans une volonté de « nouvelle décentralisation » risque aussi d’entraîner une mise sous cloche privée des services publics, selon la CGT.

PRÉCARISATION ET RISQUE DE PARTIALITÉ
Les syndicats craignent surtout une précarisation de la fonction publique avec, notamment, le recours de plus en plus fréquent à des contractuels.

« On remplace les agents en retraite par des contractuels d’un nouveau genre .../.... ils se retrouvent dans des situations précaires. De plus, ils ne sont pas soumis aux mêmes règles que les autres agents, ce qui crée des inégalités au sein d’un même service », rappelle la CFTC.

.../...

QUEL DIALOGUE SOCIAL ?
Ces risques qui pèsent sur l’indépendance des agents se retrouvent déjà dans la fusion des instances représentatives du personnel, ainsi que l’a rappelé la CFDT : « Beaucoup d’agents vont perdre des interlocuteurs pour parler de leurs conditions de travail et de leur santé et n’auront plus, en face d’eux, que leur hiérarchie. Les CAP (commissions administratives paritaires) ne seront pas consultées en première instance pour les mutations et la notation des agents. Si la loi passe, c’est la hiérarchie qui décidera. La CAP n’interviendra qu’en cas de recours. »

Les syndicats donnent rendez-vous aux fonctionnaires, mais aussi à tous les citoyens désireux de préserver les services publics, jeudi 9 mai à 10 h, place de l’Hôtel-de-Ville à Troyes (un rassemblement est également prévu à Bar-sur- Aube, place de la Mairie à 10 h 30). Un défilé suivra avec plusieurs arrêts (Hôtel-de-Ville, palais de justice, centre des impôts, DDT, collège des Jacobins et préfecture) où les syndicats prendront la parole à tour de rôle.