CHU : des efforts en plus et des lits en moins ( ER, RL, VM - Ouverture Lorraine / Ma. 12 Février 2019 )

Publié le 12/02/2019

Le CHU de Nancy va devoir continuer à se restructurer et à fermer des lits pour espérer venir à bout de son déficit abyssal...

 

2-ER-RL-VM

 

Présenté lundi, un rapport sur le marasme financier dans lequel se débat le centre hospitalier de Nancy préconise de nouveaux efforts et de nouvelles économies dans les deux années à venir.

Le document était très attendu. Sa lecture n'est pourtant pas une partie de plaisir. Rien à avoir avec le prochain best-seller de l'été. Le rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sur l'état du CHU de Nancy est un mélange pas forcément digeste de chiffres, souvent en millions d'euros, et d'analyses administratives austères.

Il a été présenté, lundi, lors d'un conseil de surveillance extraordinaire de l'hôpital. « Il n'y a pas de bonne nouvelle mais il n'y en a pas de mauvaises non plus », a réagi, à la sortie, le seul syndicaliste présent, Stéphane Maire de la CFDT.

Le rapport ne vient, en effet, pas révolutionner la situation, plus que difficile au niveau financier du CHU. Il prend, tout d'abord, acte des efforts faits depuis 2013 pour « considérablement redresser la barre ».

.../...

 

ER, RL, VM Mardi le 12 Février 2019 / Ouverture Lorraine / Ouverture Lorraine / Nancy

L'hôpital Central ne fermera pas complètement

 

Le CHU a pour projet de regrouper tous les sites hospitaliers éparpillés en ville sur le plateau de Brabois. Ce qui implique, en particulier, le déménagement de l'hôpital Central. « Mais le gros morceau du rapport de l'Inspection général des affaires sociales (IGAS), c'est qu'il remet en cause le fait que tout le monde monte à Brabois. Entre 10 et 15  % de l'activité doit rester à l'hôpital Central », indique Stéphane Maire de la CFDT, plutôt satisfait par le rapport sur ce point.

« Il n'a jamais été prévu qu'il n'y ait plus rien du tout à l'hôpital Central », réplique Laurent Hénard, président du conseil de surveillance du CHU et maire de Nancy. Le directeur du centre hospitalier, Bernard Dupont, affirme lui aussi que si l'essentiel de l'hôpital Central (« le cœur du réacteur ») doit partir sur Brabois, il était envisagé, sans attendre le rapport de l'IGAS, qu'une « activité de proximité » demeure sur place. Ce n'est pas tout à fait ce que les syndicats avaient compris : « Le slogan auprès du personnel, c'est : tous à Brabois ! », persiste Stéphane Maire.

Un slogan qui n'est donc plus à l'ordre du jour. L'hôpital Central ne fermera pas. En tout cas, pas complément. Quel service va rester ? Rien n'est défini de façon précise. « Il devrait y avoir des consultations et de l'ambulatoire pas lourd », indique juste, pour l'instant, le directeur du CHU.